Naïs DUPONT

Naïs Dupont est étudiante en 3ème année à l’ISEE Business School, c’est également une grande sportive qui pratique la Box Thaïlandaise et la course à pied à haut niveau. Le 22 septembre, elle participe au Spartan Race, une course d’obstacles pouvant atteindre des distances de marathon.

Pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Naïs Dupont, j’ai 23 ans. Cela fait 3 ans que je fais du sport intensif et de la compétition depuis janvier cette année.

Comment t’es venue l’idée de participer à la course Spartan Race ?

Après avoir testé une première course à obstacle, la Mud Day en 2016, je suis devenue accro. J’ai ensuite rencontré une équipe TR1BE OCR TEAM qui organisait une vague spéciale pour faire connaître les Spartan Race aux débutants, une course à faire en équipe : la « Vague 300 ». Depuis, j’ai intégré l’équipe et je ne rate aucune course en France !

 

Depuis combien de temps t’entraîne-tu ?

Spécifiquement aux courses à obstacles ? Depuis 6 mois.

Comment as-tu réparti ton temps entre tes études, ton travail et l’entrainement ?

Ce n’est pas facile. Disons que la journée, que ce soit mes études ou mon travail, je ne me concentre qu’à ça pour ne pas avoir à en faire le soir et le soir je m’entraîne. Tous les deux jours et le week-end parfois plus.

 

Comment as-tu vécu cette course ?

Le championnat d’Europe à Morzine ? C’était un vrai challenge pour moi ! Moi qui n’avait couru qu’à Paris, je découvrais la montagne, le dénivelé et … l’endurance (6h de course). C’était très dur, j’ai craqué 2 fois pendant la course et j’ai adoré ça !!! J’ai ressenti des sensations fortes en me dépassant à chaque montée ou en ayant peur de tomber à chaque descente.

Il n’y avait rien de négatif, juste une immense fierté de terminer cette course !!

Est-ce que tu t’attendais à ça en te lançant dans cette aventure ?

Pas du tout, je m’attendais à souffrir ça c’est sûr, mais à bien pire. Avec l’adrénaline, c’est dingue ce qu’on est capable d’oublier la douleur et la fatigue ! J’avais peur d’avoir des crampes trop fortes et de m’arrêter et finalement j’ai juste kiffer !

 

Quel souvenir en gardes-tu ?

Le souvenir à l’arrivée de la fierté de s’être dépassée et de sauter de joie dans les bras de mon équipe ! C’est la course qui m’a montré qu’on est capable de bien plus même si l’on n’a pas encore l’expérience et l’entraînement suffisant.

Quel est ton prochain challenge ?

Spartan Paris à Jablines.